Home | About | Bible | Experiences | History | Letters | Links | Misc |Members
News | Physicians | Reform | Science | Watchtower | WT Victims Memorial

Nouvelle Lumière sur le Sang 
 Les Témoins de Jéhova, s’abstiennent-ils vraiment du sang?

Temps de lecture - environs 5 minutes

 
La plupart des Témoins de Jéhovah croient sincèrement qu'accepter une transfusion de sang est un péché sérieux, puisque les Saintes Écritures nous encouragent à "s'abstenir du sang" (Actes 15:29). Il est facile à comprendre la confusion crée suite á la position promulguée par la Société Watchtower (la Société) en ce qui concerne les différents sous-composants du sang tels que l'albumine, les EPO non-synthétiques, les vaccins, les immunoglobulines ainsi que les traitements hémophiliques. Il est difficile de comprendre pourquoi la Société permet à un Témoin d'accepter ces sous-composants, alors qu'on viole la Loi de Dieu en acceptant du plasma, des plaquettes ainsi que des globules rouges et blancs. Ces contradictions ont portés plusieurs ainés et membres du comité de liaison avec les hôpitaux à quitter discrètement la Société.

En plus, ces dernières années la tendance a été de permettre de plus en plus de composants du sang. Ceci, uni à la déclaration de la Société à la Comission Européenne des Droits Humains, qu'il n'y a pas "de contrôles ni de sanctions" pour un Témoin qui accepte du sang, et que les mineurs ne portent aucune "carte" interdissant les transfusions de sang, sont des indications significatives qui font penser que la Société pourrait changer sa politique sur le sang ou l'abandonner complètement au futur.1 
 

"...contradictions ont portés plusieurs ainés et membres du comité de liaison avec les hôpitaux à quitter discrètement..."

 
 
Cette illustration provient du Réveillez-Vous du 22 Octobre 1990 (édition anglaise). Notez que le plasma constitut 55% du volume total du sang. Puisque la Société permet à ses adhérents d'accepter tous ces sous-composants individuellement, pourquoi défendre l'interdiction sur le plasma lui-même?

Cette même question fut posèe aux membres des comités de liaison par plusieurs médecins du monde entier. Les membres des comités ont cherché la réponse en s'adressant à la Société et aux différentes Succursales de plusieurs pays. En date d'aujourd'hui, la réponse a été de laisser tomber cette question, et de ne pas aller plus loin. Pourquoi la Société ne respond t'elle pas à cette importante question?

Puisque les Saintes Écritures ne contiennent aucune directive permettant d'accepter certaines fractions du sang, il est donc raisonable de poser la question suivante:

D'où proviennent les fondements sur lesquelles la Société base sa politique courante sur le sang?
 


 
 
"...presque touts les composants du sang traversent la membrane du placenta La Société enseigne couramment que seuls les produits qui traversent la membrane du placenta durant la grossesse peuvent, en toute conscience, êtres acceptés par les Témoins.2 Le raisonnement logique est que Jéhovah Dieu ne transgresserait pas sa propre Loi en permettant ce transfert de la mère à l'enfant. Ceci peut paraître tout a fait raisonnable, mais la médecine a démontré que presque tous les composants du sang traversent la membrane du placenta.3

 
 
La Société présente souvent l'argument qu'elle n'accepte que les plus petites fractions du sang. Cet argument est toutefois sans fondement et facilement réfutable. Par exemple, l'albumine, qui se trouve dans le plasma sanguin et qui est accepté par la Société, représente une partie plus considérable (2,2%) du volume sanguin que les globules blancs et les plaquettes (que les Témoins doivent refuser). Ces dernières représentent respectivement 1% et 0,17% du volume total du sang. De plus, les traitements hémophiliques, permis par la Société, nécessitent le recueil et l'entreposage de très grandes quantités de sang (allant même jusqu'à 2.500 donneurs pour un simple traitement). Toutefois, la Société interdit l'entreposage du sang d'un individu pour des fins d'usage ultérieur. Pourquoi cette position incohérente?4 " La Société ..  n'accepte que les plus petites fractions du sang"

 
 
En étudiant soigneusement tous les passages bibliques qui touchent la question du sang, il est évident que toutes les références à l'usage incorrect du sang sont liées à sa consommation comme nourriture, comme la Société l'a admi à plusieurs reprises. Toutes les références à l'usage incorrect du sang sont liées à sa consommation comme nourriture, et c'est dans ce contexte qu'il est interdit.
La Tour de Garde 9/15/58, page 575 (édition anglaise)

 
 
"Le sang ne peut être utilisé par le corps comme aliment, pas plus qu’un rein ou un coeur qui a été greffé ne peut l’être." 

A une certaine époque, la Société enseignait que cela était le cas.5 Au milieu des années soixante, ils apprirent que le sang utilisé dans une transfusion n'est pas "digéré" par l'organisme mais assimilé par ce dernier de la même façon qu'un organe greffé. Tragiquement, à pareille date, plusieurs Témoins avaient déjà succombé. Puisque le Corps Gouvernant croyait à l'époque que la fin du système était imminente6 et que la science était sur le seuil de mettre au point un substitut du sang7, il maintenu l'interdiction tout en permettant graduellement l'usage des sous-composants du sang.8 La politique courante fut alors développée de façon incohérente au cours des années et ressemble, en tous points, aux politiques précédentes sur les vaccins et les greffes d'organes.9 

Afin d'obtenir quelques bienfaits nutritifs du sang, une personne serait obligée de le consommer et le digérer de la même façon qu'un aliment, pour que ce dernier soit assimilé par l'organisme. Au contraire, une transfusion ne fournit aucun élément nutritif à l'organisme.

Pour se défendre, la Société argumente qu'une transfusion n'est guère différente à un traitement intraveineux servant à fournir à l'organisme de la dextrose ou de l'alcool. Cette logique est toutefois fausse car ces derniers peuvent, en effet, servir a alimenter l'organisme sans les digérer. Par contre, le sang, tout comme un rein ou un coeur greffé, ne peut servir à cette fin.

En guise d'exemple, prenons deux patients qui, pour une raison quelconque, ne peuvent se nourrir et sont admis à l'hôpital. On donne au premier patient une transfusion et au deuxième patient une alimentation par voie intraveineuse. Lequel des deux patients survivra à l'épreuve? Il est évident que les médecins ne prescrivent pas une transfusion pour pallier un problème de malnutrition. Ils le font plutôt pour remplacer un élément que l'organisme a perdu tel que les globules rouges qui servent au transport de l'oxygène et qui maintiennent le corps en vie.

Puisque on ne peut pas confirmer que recevoir une transfusion équivaut à se nourrir ou manger du sang, toute concordance nécessaire servant au fondement biblique de la politique de la Société est inexistante.
 


 
 
Aucun médecin ou scientifique contemporain affirmerait qu'une transfusion est en effet une alimentation de sang. Ils sont plutôt d'accord sur le point qu'il s'agit plutôt d'une greffe d'organe ou d'un tissu liquide, tel que la Société le reconnait maintenant.10 Afin de se soustraire à la question, la Société a établi une nouvelle loi qui stipule qu'il est incorrect de soutenir la vie humaine par l'usage du sang. Le problème toutefois demeure le même: les Saintes Écritures ne contiennent aucune interdiction énoncée en ces termes. Est-ce que l'alimentation et soutenir la vie sont identiques, comme l'affirme la Société? Nous faisons plusieurs choses dans le but de maintenir la vie, comme boire, respirer et dormir. S'alimenter est seulement une des choses nécessaires pour soutenir la vie. Ce jeux de mots fait preuve de malhonnêteté de la part de la Société et porte atteinte à la Parole de Dieu "allant bien au delà de ce qui est écrit" (1 Cor. 4:6)  "... la Société a établi une nouvelle loi qui stipule qu'il est incorrect de soutenir la vie humaine par l'usage du sang."

 
 
"Ainsi, s’abstenir du sang veut dire ne pas en absorber dans votre corps"
Live Forever p. 216 - (édition anglaise)
La majorité des Témoins de Jéhovah vous repondront sans équivoque oui. Comme ce bref exposé le démontre, la réponse est négative. Êtes-vous en mesure d'expliquer pourquoi la Société permet-elle l'usage des sous-composants, tels que l'albumine, l'EPO, les sérums sanguins, les immunoglobulines et les traitements hémophiliques (les facteurs de coagulation VIII et IX) alors qu'ils sont utilisés pour maintenir la vie? Comment peut'on considérer honnêtement que ceci soit s'abstenir de sang? Ainsi, si l'usage médical du sang est incorrect, on ne peut pas choisir une fraction ou une autre du sang. Enfin, nous pourrions comparer cette logique à celle selon laquelle un peu de fornication ou un peu d'idolâtrie est acceptable aux yeux de Dieu. Ce raisonnement est clairement faux.

 
 
 Durant des décennies nombreux furent les Témoins de Jéhovah qui ont appuyés loyalement les interdictions sur les vaccins et les greffes d'organes. Dans certains cas, ils ont même payé de leur vie. Demandons-nous comment leurs famille ont réagi lorsque la Société reçut une "nouvelle lumière" et changea de façon radicale sa position jusque-là défendue avec beaucoup d'ardeur.9

La couverture de la revue Réveillez-Vous! du 22 mai 1994 montre les photos de 26 enfants agés jusqu'à 17 ans, avec le titre: "Jeunes qui ont mis Dieu en premier lieu". A l'intérieur, la revue informe: "Au passé, des milliers de jeunes moururent à cause de mettre Dieux en premier lieu. Ils le font encore des nos jours, mais aujourd'hui le drame se déroule dans les hôpitaux et les tribunaux, étant les transfusions de sang la question." (page 2) L'article principal de la page 9, intitulé "Jeunes qui ont une 'puissance qui excède la puissance normale'" raconte les histoires de trois de ces enfants qui moururent aprés avoir refusé un traitement sanguin. Est-ce que leurs morts étaient vraiment nécessaires?

 L'adhésion loyale à cette doctrine a déjà coûté la vie à des milliers de Témoins. Malgré ce fait, plusieurs ainés, membres des comités de liaison avec les hôpitaux et observateurs de la Société croient que, d'ici peu, l'organisation va revoir sa position courante et laissera à la conscience de ses membres le choix d'accepter ou de refuser tous les produits sanguins.

En attendant, nous vous encourageons à vous informer à ce sujet afin de prendre une décision informée et de conscience en ce qui concerne l'usage du sang ou des composants du sang. Cherchez des traitements alternatifs sans sang avec l'avis des professionnels qualifiés de la médecine, qui peuvent vous conseiller sur les risques et les bénéfices potentiels d'accepter ou de refuser l'usage de tous les produits sanguins, sans tenir compte si ces produits sont, ou non, autorisés actuellement par la Société. 
 

"...cette doctrine a déjà coûté la vie à des milliers de Témoins. Est-ce que leurs morts étaient vraiment nécessaires?"


 
 
 
L'Association de Témoins de Jéhovah pour la Réforme sur la Question du Sang est un groupe de Témoins de plusieurs pays, qui réuni ainés et autres représentants de la Société, membres des Comités de Liaison avec les Hôpitaux, médecins, avocats, défenseurs des mineurs, et d'autres personnes qui volontairement ont contribué avec leur temps et leur énérgie afin de mettre fin a une politique tragique et erronée, qui a eu pour résultat des milliers de morts, plusieurs des enfants. 
Pour plus d’information et pour effectuer des recherches, visitez notre site NOUVELLE LUMIÈRE SUR LE SANG à l’adresse suivante: http://www.ajwrb.org or http://www.dsuper.net/~calleon/question.htm

 

Références:

1-Decision on Admissibility of Application 28626/95, p.22, pp.6; Information note no. 148, B. II. (a); Commission Report on Application 28626/95 adopted March 9, 1998, p.4, 17. II. The Council of Europe - European Commission of Human Rights

2-Watchtower, 6/1/90 p.31 (édition en anglais).

3-Walknowska, J., Conte, F.A., Grumback, M.M. (1969). Practical and theoretical implications of fetal/maternal lymphocyte transfer, Lancet, 1, 119-1122; Simpson JL; Elias S., JAMA 1993 Nov. 17;270(19):2357-61; Isolating Fetal Cells in Maternal Circulation For Prenatal Diagnosis by Joe Leigh Simpson and Sherman Elias; Prenatal Diagnosis, Vol. 14: 1229-1242 (1994); Early Human Development 47 Suppl. (1996) S73-S77.

4-The Watchtower, June 15, 1985, p. 30 (édition en anglais).

5-"Make Sure of All Things", Revised 4/1/57, p. 47; The Watchtower, Sept. 15, 1961, p. 558 (éditions en anglais). Malgré que la Société insinue quelques fois qu'une transfusion de sang est de la nourriture avec sang, cette position a été abandonnée silencieusement au début des années 60, et nous lisons fréquemment des afirmations dissant que "il est incorrect de soutenir notre vie avec du sang", malgré que cette expression ou idée ne se trouve pas dans la Bible.

6-The Watchtower, 1/5/68, p.272 para. 7; The Watchtower, Aug. 15, 1968, p. 499; The Nations Shall Know That I Am Jehovah - 1971, 2nd ed. p. 216.

7-Awake! 6/22/72 p.29-30 (édition en anglais).

8-Awake! 6/22/82 p.25 (édition en anglais).

9-Vaccines voir Golden Age, 5/1/29, p. 502, #40; The Watchtower 12/15/52 p. 764. Greffes d'organes voir The Watchtower, Nov. 15, 1967, p. 702; The Watchtower, March 15, 1980, p. 31. (éditions en anglais)

10-Awake! 10/22/90, p. 9 (édition en anglais).

© Association des Témoins de Jéhova pour la réforme sur le sang